Écosystème

Philosophie
Equipe
Soutiens/Partenaires

Philosophie

Aujourd’hui, les individus ou collectifs jettent couramment, leurs déchets dans un sac poubelle en plastique noir, lui-même enfermé dans une autre poubelle, opaque, étanche, plus solide et équipée fréquemment d’un couvercle. Nous avons coutume de cacher nos déchets, de les faire disparaître, de les mettre à l’écart. La relation que nous entretenons avec nos déchets est, dans la majorité des cas, quasi-inexistante. Elle n’est pas valorisée, pas entretenue et encore moins partagée, comme si un long divorce s’était instauré entre eux et nous.
Et pourtant, le sujet est d’actualité. Les initiatives se multiplient et plusieurs mesures ont été adoptées. Notre expérience du déchet change, nous commençons à en parler, à les trier, à nous en occuper. L’attention que nous portons sur les déchets s’améliore et se diversifie. Différents usages font leur apparition, comme le tri, le recyclage ou le détournement.

Cependant, le nombre d’actions pour favoriser ce type de démarche reste faible. La transformation, la réutilisation, le troc, la réparation, l’upcycling, le DIY, toutes ces possibilités sont encore marginalisées. Les gestes éco-responsables sont rares. Seul le tri des déchets semble être devenu aujourd’hui un service généralisé. À titre d’exemple, le compostage est couramment considéré comme un dispositif de prévention. Le budget alloué au compostage est souvent, comparé à celui des systèmes traditionnels de collecte et de traitement des déchets, considérablement inférieur, voire quasi-nul. Le projet de filière de compostage participative s’inscrit dans ce contexte en mutation, où l’attention que nous avions l’habitude de porter sur les déchets est en train de changer ! Tributerre propose aux acteurs (citoyens, collectivités, …), membres de la Tribu, une expérience radicalement différente.

Hier, nous avions honte de nos déchets, nous ne souhaitions pas les voir, nous voulions les cacher, les détruire, les brûler, les enterrer, les emprisonner. Demain, les praticiens de la filière de compostage participatif seront fiers de leurs déchets, ils souhaiteront les voir, les exposer, les soigner, les transformer, les libérer, etc. Ils partageront leurs pratiques et leurs expériences. Des communautés de savoirs naîtront de par cette mutualisation facilitée. Pour vivre cette expérience du soin, cette filière de compostage participative propose aux acteurs, membres de la Tribu, une relation différente à entretenir avec leurs déchets qui deviennent alors des « ressources ».

Ce projet permet de lutter contre l’appauvrissement des sols et de rompre avec l’isolement des savoirs, des pratiques… bref des individus. Mais avant d’être une lutte, c’est avant tout une action ! Puisque cette filière permet surtout d’agir pour la préservation de l’environnement et des ressources naturelles. Il permet aussi d’agir pour l’échange de savoir, le partage et l’entraide en faisant ressortir les meilleures pratiques. Une action parmi d’autres afin de prendre soin de la planète, de notre environnement, voilà comment nous pourrions résumer l’ontologie de ce projet.

Cette expérience du soin, cette relation avec le déchet, que propose le projet de TRIBUTERRE, provoque différents effets. Le premier des effets que nous pouvons décrire est le plus contraignant. Il est propre à l’activité de compostage. C’est l’effort ! En effet, s’occuper de ses déchets demande de faire un effort ! Cela peut-être fatigant et demande en général plus d’effort que de jeter le tout à la poubelle. De plus, le compostage est une activité plus encombrante que les usages habituels que nous connaissons avec nos déchets. Alors pourquoi faire du compost ?
Les effets annoncés précédemment n’ont rien de très motivant. Et pourtant, ces praticiens ont du plaisir à faire. Ils ont une attention particulière à leur propre travail. Ils ont fait ce choix de leur plein gré, c’est une conduite de vie. Ils gagnent une plus grande conscience d’eux-mêmes et de leur environnement. Ils peuvent participer au monde de demain en réalisant une action « non-coûteuse » et réellement bénéfique pour la planète.
De plus, ils ont couramment une meilleure gestion du tri. Ils font attention et deviennent plus vigilants. Pour eux, cette activité est épanouissante et enrichissante. Ils apprennent et excellent dans leur travail dont ils sont fiers. Mais ils échangent et partagent aussi. Le compostage participatif c’est le plaisir de faire pour soi, mais aussi pour et avec les autres.