Lutte contre le gaspillage alimentaire : Découvrez PHENIX

Lutte contre le gaspillage alimentaire : Découvrez PHENIX

[Tribune libre : PHENIX]

Le gaspillage alimentaire est l’une des plus grandes aberrations contemporaines : d’un côté, un tiers des aliments produits est jeté tous les ans et de l’autre, 4 millions de personnes en France ont recours à l’aide alimentaire. Et pour les entreprises, les invendus coûtent cher en collecte et traitement.

Pour répondre à cet enjeu, une loi anti-gaspillage a été votée en France en mars 2016 et un puissant mouvement d’associations, de start-ups, d’entrepreneurs sociaux et de ‘changemakers’ s’est emparé du sujet. Ce mouvement participe depuis quelques années à ce noble combat contre le gaspillage, en proposant des solutions concrètes et efficaces sur les territoires. PHENIX s’inscrit dans cette nouvelle dynamique avec une plate-forme web qui met en relation, en temps réel, l’offre d’invendus et la demande. Les produits sont ensuite redistribués et livrés gratuitement sous forme de dons à des associations. S’ils sont impropres à la consommation humaine, les produits sont revalorisés en nourriture animale, en compost ou en biogaz.

 

Bien plus qu’une tendance ou une mode, les activités « antigaspi » que nous portons collectivement avec d’autres initiatives pionnières constituent de véritables modèles d’avenir, au confluent de plusieurs tendances de fond :

  • l’évolution des mentalités des consommateurs, pour qui le gâchis apparaît de moins en moins acceptable, et qui ont la volonté de s’engager à leur niveau, en redoublant de vigilance vis-à-vis des engagements de Responsabilité Sociétale des grandes marques,
  • une réelle prise de conscience générale quant à l’épuisement des ressources, avec l’avènement du concept d’économie circulaire, où les surplus des uns peuvent et doivent devenir la matière première des autres ; et nous avons le mérite d’avoir su rendre « sexy » un secteur qui était tout sauf attractif : celui des déchets,
  • le contexte politico-règlementaire nous aura ensuite aidé dans notre ascension, avec à la fois un dispositif fiscal favorable, et une loi dite « Garot » de mars 2016 contre le gaspillage alimentaire, positionnant la France en visionnaire et en leader européen sur le sujet,
  • la quête de sens des jeunes générations, et l’envie de participer à une cause utile, nous a permis de recruter des talents, fers de lance de tout projet entrepreneurial,

Grâce aux nouvelles solutions déployées, les magasins bénéficient de plusieurs briques d’expertise dans leur mécanique de gestion des produits. Des acteurs pionniers comme l’équipe de Zéro Gâchis accompagnent les enseignes pour mieux vendre à prix réduit des produits en date courte. Autre exemple, l’application TooGoodToGo réduit le gâchis en proposant à la vente à petit prix les restes des commerçants à la fermeture des cuisines. Enfin, les entreprises comme PHENIX s’appliquent à consolider l’ensemble de l’écosystème en proposant des solutions clé en main pour valoriser les invendus auprès des acteurs de l’aide alimentaire.

Du côté des enseignes, les avantages économiques dépassent largement la réduction significative du volume de déchets jetés à la poubelle. Une récente étude montre que chaque euro investi par les entreprises dans la lutte contre le gaspillage génère 14€ de gain. Par exemple, les activités anti-gaspi permettent d’augmenter le chiffre d’affaire grâce à la vente promotionnelle des denrées dont la date limite de consommation est proche. Elles permettent aussi de participer activement à la lutte contre la précarité par le don aux associations —récompensé par une réduction d’impôt à la fin de l’année.

L’Etat y trouve son compte, au-delà de l’impact sociétal. Une étude menée en 2016 par la Banque Alimentaire de Gironde mesure les gains économiques de la lutte contre le gaspillage pour les acteurs publics. Prenons l’exemple de l’action de Phenix : grâce à l’activité de l’entreprise, la collectivité territoriale a économisé des frais de gestion de déchets (3500 tonnes) et la somme équivalente aux repas distribués grâce aux invendus (4,2 millions). Ainsi, en 2016 l’entreprise a généré 15.5 millions d’euros d’impact social positif pour l’Etat, en tenant compte de l’emploi et des charges sociales liées à la masse salariale de notre entreprise (50 salariés). C’est donc bel et bien un investissement qui rapporte pour la Collectivité et qui place, par la même occasion, la France en référente exemplaire sur un sujet d’ordre mondial.

La nouvelle et prometteuse brigade antigaspi, dont nous avons l’honneur d’être l’une des têtes de file, incarne l’ambition d’une génération qui aspire à faire bouger les lignes, en s’attaquant à des problématiques régaliennes d’intérêt général, et en faisant du business autrement. Nous espérons que notre trajectoire collective en inspirera d’autres, il y a encore tant à faire sur ces sujets comme sur bien d’autres, à l’heure où la désormais célèbre « société civile » semble plus que jamais déterminée à jouer un rôle clé au service de l’utilité publique.

PHENIX travaille avec plus de 600 entreprises pour réduire leur gaspillage : E. Leclerc, Intermarché, Casino, Franprix, Système U… dans la grande distribution, mais aussi des grossistes, des industriels, des événements, des musées…

Tous les jours, PHENIX c’est :

  • 600 magasins accompagnés vers le « Zero-déchet », sur tout le territoire français
  • +40 tonnes de produits revalorisés
  • 80 000 repas distribués par notre réseau associatif à des populations dans le besoin
  • L’équivalent de 100 000 Kg eq.CO2 évités
Related Posts